Un prix fixe de Paris aux aéroports parisiens ; mais le compteur règne toujours de la banlieue aux mêmes aéroports.

Habiter une ville limitrophe de la capitale n’aura jamais présenté un aussi grand désavantage. Depuis début 2016, la prise d’un taxi parisien pour aller ou revenir des aéroports d’Orly ou de Roissy entraîne l’application d’un tarif forfaitaire fixe : autour de 30 euros pour aller ou venir d’Orly, et 20 euros de plus pour aller ou venir de Roissy.
Cependant, force est de constater qu’il existe une grande oubliée lors de l’établissement (très positif, il faut dire) de cette forme de tarification spéciale. Si vous habitez en banlieue et désirez vous rendre à l’un des deux aéroports de la capitale, vous ne pouvez bénéficier des très avantageux forfaits aéroports. Au contraire, le compteur dicte toujours le prix ; et naturellement, la somme peut monter très vite. Au point où certains taxis conseillent même à leurs clients de se faire déposer à une porte de Paris et de finir à pied.
Une bien triste constatation que ce désavantage imposé aux villes limitrophes de la capitale.

Cependant, cela pourrait changer.

Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, souhaite négocier des tarifs banlieue ; même si cela peut résulter en une multiplication desdits tarifs en fonction de l’éloignement vis-à-vis des aéroports.

Du côté des compagnies de taxi, cette volonté fait débat. Car le mode forfaitaire, bien qu’il se montre avantageux pour le client, peut également se montrer peu lucratif en cas de mauvaises conditions de circulation.
Yoann Ricordel, chargé d’innovation chez G7 (principale compagnie de taxis en ïle-de-France), rappelle notamment une subtilité importante du forfait aéroport : les voies réservées sur l’A1 et l’A6 ayant faites office d’argument convaincant lors de la mise en place des forfaits aéroports ne se trouvent qu’en direction de Paris ; là où le forfait s’impose, lui, dans les deux sens.
Sans compter que ces deux voies dédiées sont bien souvent indisponibles à des heures où, justement, elles devraient être disponibles.
Les compagnies de taxis ne semblent donc pas totalement hermétiques à l’ajout d’autres forfaits ; cependant, avant de pouvoir songer à de tels projets, ils désireraient jouir pleinement des contreparties qui leur étaient promises lors de la mise en place des tout premiers forfaits.
Affaire à suivre, donc…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *